Vie académique



 

LA LOGIQUE, ASPECTS HISTORIQUES ET PHILOSOPHIQUES.
Depuis la fin de mes études universitaires jusqu’à il y a une dizaine d’années, mes recherches ont porté exclusivement sur la philosophie du langage et de la logique (1981, doctorat de troisième cycle sur Chomsky et la critique des théories behavioristes du langage ; 1997, habilitation sur la théorie des catégories dans la philosophie contemporaine).
Constructivisme et calculabilité. Depuis une dizaine d’années, suite notamment à la découverte de la théorie des types de Per Martin-Löf, mon centre d’intérêt s’est peu à peu déplacé vers l’étude de pratiques logiques quelque peu différentes.
Revenant, par delà Hilbert, au point de vue des pères fondateurs, Frege et Russell, nous sommes invités à distinguer nettement proposition et jugement. Le jugement est la reconnaissance de la vérité. Il est ainsi possible d’inclure dans la logique une théorie des actes cognitifs, théorie qui 1°) n’a rien à voir avec la psychologie naturaliste, philosophiquement bien peu satisfaisante, qui prévaut aujourd’hui et qui 2°) est beaucoup plus en consonance avec la phénoménologie. Et l’on remarquera en passant ce qu’il y a d’ironique à ce que ce soit le constructivisme qui nous redonne une juste compréhension de ces hyperréalistes qu’étaient Frege ou Russell.

Histoire de la calculabilité. Le surgissement, entre 1930 et 1940, des théories de la calculabilité restera certainement comme une des grandes aventures intellectuelles du vingtième siècle. Deux de ses principaux artisans, Gödel et Turing, figurent d'ailleurs au nombre de ces grands génies scientifiques qui, comme Einstein, marquent l'imaginaire du public.

 Au delà de ces effets sur l’opinion, on notera surtout que les équivalences très tôt démontrées entre les trois grandes approches, (Lambda-calcul de Church, machines de Turing et fonctions récursives) tendent à montrer qu'il s'agit d'une notion extrêmement stable, et même absolue, en ce sens que, à la différence de ce qui se passe d'ordinaire en logique, elle est indépendante des formalismes utilisés.

LA PHILOSOPHIE POSITIVE

En 1998, j’ai ouvert un nouveau chantier, centré cette fois autour de l’oeuvre d’Auguste Comte. Pour faire comprendre d'un mot l'intérêt d'une pensée presque toujours caricaturée, il suffit de noter que le post positivisme n'est en réalité qu'un post néo positivisme, lequel, dans bien des cas, ne fait que redécouvrir des idées clairement énoncées par les premiers positivistes, et un temps oubliées. A Montréal, en 2002, j'avais été frappé de voir que la conférence de clôture du congrès de HOPOS, avant d'examiner les positions d'Helmholtz et de Neurath sur les rapports de la science et de la politique, commençait par faire une large place aux réflexions de Comte sur la question.

DIRECTION DE PROJET

- Depuis Janvier 2009, responsable français du projet Hypothetical Reasoning (ANR-DFG ; responsable allemand : P. Schröder-Heister, Philosophie et informatique, Tubingen) http://www-ihpst.univ-paris1.fr/p/15,hypothetical_reasoning.html

- 2004-2008, responsable du projet Anthologie de la calculabilité, (CNRS, ACI Histoire des savoirs du CNRS) http://www-ihpst.univ-paris1.fr/p/12,histoire_de_la_calculabilite.html

 

ENSEIGNEMENT

J'aurai passé le plus clair de ma vie à enseigner, dans l'enseignement secondaire tout d'abord, à l'étranger puis dans divers lycées de la région parisienne ; Ensuite, dans l'enseignement supérieur, notamment à Paris IV, à l'ENS de Fontenay puis à l'ENS-LSH à Lyon et à l'Institut Catholique de Paris. Depuis 2005, j'assure un cours de philosophie des sciences au département de philosophie de Paris.
[[Pour plus de renseignements, voir la page enseignement]]


ORGANISATION DE COLLOQUES

- 4-5 Mars 2011, Maison Française d'Oxford : Positivism on both sides of the Channel during the Victorian Era (avec Martine Pecharman)

- 19-20 Janvier 2010, EHESS : Le positivisme dans son siècle, Hommage à Annie Petit (avec Bernadette Bensaude-Vincent)

- Octobre 2007, BNF, journée d'études internationale : Auguste Comte dans le monde académique et savant. http://www.bnf.fr/pages/cultpubl/colloque_750.htm

- 5-12 juin 2007, Centre culturel international de Cerisy la Salle : 1907-2007, cent ans d'intuitionnisme. Membre du comité d'organisation. http://www.ccic-cerisy.asso.fr/intuitionnisme07.html

- 16-17 novembre 2006, ENS, Paris : co-organisateur, avec J. Dubucs, de la session conjointe des deux divisions, DHST et DMLPS, de l'Union internationale d'histoire et de philosophie des sciences : Calculabilité et constructivité, perspectives historiques et philosophiques.

- 24-25 mars 2006, IHPST, co-organisateur avec Mark van Atten, d'une journée : Les théories modernes des types : logique, informatique et philosophie

- 9 décembre 2003, Collège de France : co-organisateur, avec Annie Petit d'une journée Pierre Laffitte, pour le centenaire de sa mort.

- 3 et 4 octobre 2003, Paris : co-organisateur avec Mathieu Marion d'une journée sur Louis Rougier, CAMS-EHESS.

- 1-7 juillet 2001, à Cerisy : co-organisateur avec Annie Petit et Jean-François Braunstein d'un colloque international Auguste Comte aujourd'hui.http://www.ccic-cerisy.asso.fr/comte01.html

- 17 novembre 2000 : co-organisateur avec Thierry Leterre, de Sciences Po, d'une journée d'études Où en est la politique positive ? (CAMS et Sciences po-CEVIPOF).

- 10-11 mars 2000 : co-organisateur avec Bernard Besnier des journées d'études Logique et Phénoménologie (Département de Philosophie de l'ENS de Fontenay et CAMS-CNRS).

- 26-27 novembre 1998 : organisateur du colloque international Auguste Comte et l'idée de science de l'homme, (Université de Paris IV et EHESS).

LA LOGIQUE, ASPECTS HISTORIQUES ET PHILOSOPHIQUES.

Depuis la fin de mes études universitaires jusqu'à il y a une dizaine d'années, mes recherches ont porté exclusivement sur la philosophie du langage et de la logique (1981, doctorat de troisième cycle sur Chomsky et la critique des théories behavioristes du langage ; 1997, habilitation sur la théorie des catégories dans la philosophie contemporaine).
Constructivisme et calculabilité.

Depuis une dizaine d'années, suite notamment à la découverte de la théorie des types de Per Martin-Löf, mon centre d'intérêt s'est peu à peu déplacé vers l'étude de pratiques logiques quelque peu différentes.

Revenant, par delà Hilbert, au point de vue des pères fondateurs, Frege et Russell, nous sommes invités à distinguer nettement proposition et jugement. Le jugement est la reconnaissance de la vérité. Il est ainsi possible d'inclure dans la logique une théorie des actes cognitifs, théorie qui 1°) n'a rien à voir avec la psychologie naturaliste, philosophiquement bien peu satisfaisante, qui prévaut aujourd'hui et qui 2°) est beaucoup plus en consonance avec la phénoménologie. Et l'on remarquera en passant ce qu'il y a d'ironique à ce que ce soit le constructivisme qui nous redonne une juste compréhension de ces hyperréalistes qu'étaient Frege ou Russell.

Histoire de la calculabilité. Le surgissement, entre 1930 et 1940, des théories de la calculabilité restera certainement comme une des grandes aventures intellectuelles du vingtième siècle. Deux de ses principaux artisans, Gödel et Turing, figurent d'ailleurs au nombre de ces grands génies scientifiques qui, comme Einstein, marquent l'imaginaire du public. Au delà de ces effets sur l'opinion, on notera surtout que les équivalences très tôt démontrées entre les trois grandes approches, (Lambda-calcul de Church, machines de Turing et fonctions récursives) tendent à montrer qu'il s'agit d'une notion extrêmement stable, et même absolue, en ce sens que, à la différence de ce qui se passe d'ordinaire en logique, elle est indépendante des formalismes utilisés.

LA PHILOSOPHIE POSITIVE

En 1998, j'ai ouvert un nouveau chantier, centré cette fois autour de l'oeuvre d'Auguste Comte.

Pour faire comprendre d'un mot l'intérêt de cette pensée trop souvent réduite à quelques clichés, il suffit de noter que le post positivisme n'est en réalité qu'un post néo positivisme, lequel, dans bien des cas, ne fait que redécouvrir des idées clairement énoncées par les premiers positivistes, et un temps oubliées. A Montréal, en 2002, j'avais été frappé de voir que la conférence de clôture du congrès de HOPOS, avant d'examiner les positions d'Helmholtz et de Neurath sur les rapports de la science et de la politique, commençait par faire une large place aux réflexions de Comte sur la question.

Les épistémologues qui étudient le Cours de philosophie positive se dispensent d'ordinaire de lire les trois derniers tomes, estimant que les leçons de sociologie ne sont pas de leur ressort. S'il est vrai que, de leur point de vue, le plus intéressant se trouve dans les leçons que les trois premiers volumes consacrent à chaque science en particulier, il n'en reste pas moins que la dynamique sociale revient, de façon certes beaucoup moins approfondie, sur les grands moments de l'histoire des sciences. L'épistémologie comtienne a donc ceci de tout à fait remarquable d'examiner chaque science deux fois, et donc, pour utiliser le jargon contemporain, d'adopter tour à tour les points de vue internaliste et externaliste donnés le plus souvent pour incompatibles. En ce sens, la sociologie possède un double statut : elle n'est pas seulement la science des faits sociaux; elle accomplit cette systématisation du savoir annoncée dans la première leçon et se place à ce titre sur un autre plan que les sciences qui la précèdent.

DIRECTION DE PROJET

- Depuis Janvier 2009, responsable français du projet Hypothetical Reasoning (ANR-DFG ; responsable allemand : P. Schröder-Heister, Philosophie et informatique, Tubingen) http://www-ihpst.univ-paris1.fr/p/15,hypothetical_reasoning.html

- 2004-2008, responsable du projet Anthologie de la calculabilité, (CNRS, ACI Histoire des savoirs du CNRS) http://www-ihpst.univ-paris1.fr/p/12,histoire_de_la_calculabilite.html

 

ENSEIGNEMENT

J'aurai passé le plus clair de ma vie à enseigner, dans l'enseignement secondaire tout d'abord, à l'étranger puis dans divers lycées de la région parisienne ; Ensuite, dans l'enseignement supérieur, notamment à Paris IV, à l'ENS de Fontenay puis à l'ENS-LSH à Lyon et à l'Institut Catholique de Paris. Depuis 2005, j'assure un cours de philosophie des sciences au département de philosophie de Paris.

J'ai également dirigé des mémoires, à l'institut des sciences humaines appliquées (ISHA) de l'université de Paris IV puis au département de philosophie de Paris I.

Je dirige actuellement trois thèses: sur l'idée d'Occident chez Auguste Comte (M. Useche Sandoval),  sur Morale et sociologie chez Bergson (M. Ono) et sur les frères Lagarrigue, positivistes chiliens (M. Perez).

De 2008 à 2010, j'ai été membre du jury de l'agrégation externe de philosophie.


Séminaires de recherche :

- Séminaire : Hypothetical Reasoning, (Projet ANR-DFG : Hypotheses), IHPST, depuis 2009.

- Séminaire : Histoire de la calculabilité (avec Jean Mosconi), IHPST (depuis 2004).

- Groupe de lecture Auguste Comte, IHPST (depuis 2004).

- Séminaire : Types et catégories (avec J.-P. Desclés), CAMS-Paris-4; de 1995 à 2002).

- Séminaire général du GDR 957 Sciences cognitives de Paris (de 1992 à 1994).


ORGANISATION DE COLLOQUES

- Mars 2011, Maison Française d'Oxford : Positivism on both sides of the Channel during the Victorian Era (avec Martine Pecharman)

- Janvier 2010, EHESS : Le positivisme dans son siècle, Hommage à Annie Petit (avec Bernadette. Bensaude-Vincent)

- Décembre 2008, Paris, journée d'études internationale (RHESEIS-IHPST) : qu'est ce qu'un algorithme ?

- Juin 2008 (ANR), journée de préparation à l'appel d'offres Science et société.

- 15-17 novembre 2007, CAMS-Paris-5-EHESS, colloque international : L'histoire des mathématiques sociales. Responsable de la demi-journée consacrée à l'histoire de la formalisation des langues.

- Octobre 2007, BNF, journée d'études internationale : Auguste Comte dans le monde académique et savant. http://www.bnf.fr/pages/cultpubl/colloque_750.htm

- 5-12 juin 2007, Centre culturel international de Cerisy la Salle : 1907-2007, cent ans d'intuitionnisme. Membre du comité d'organisation. http://www.ccic-cerisy.asso.fr/intuitionnisme07.html

- 16-17 novembre 2006, ENS, Paris : co-organisateur, avec J. Dubucs, de la session conjointe des deux divisions, DHST et DMLPS, de l'Union internationale d'histoire et de philosophie des sciences : Calculabilité et constructivité, perspectives historiques et philosophiques.

- 14 au 18 juin 2006, Paris : membre du comité d'organisation du colloque conjoint HOPOS Société de philosophie des sciences, qui s'est tenu à l'ENS. http://www.sps.ens.fr/activites/2006-Hopos/indexhopos.html

Pour le même colloque, coordinateur d'un symposium : nouvelles approches de l'épistémologie positiviste.

- 24-25 mars 2006, IHPST, co-organisateur avec Mark van Atten, d'une journée : Les théories modernes des types : logique, informatique et philosophie

- 13 janvier 2006, Les positivistes et la séparation de l'Eglise et de l'Etat, Maison Auguste Comte, pour le centième anniversaire de la loi de 1905.

- 6 au 9 octobre 2004, Genève : colloque Louis Rougier, membre du comité scientifique.

- 9 décembre 2003, Collège de France : co-organisateur, avec Annie Petit d'une journée Pierre Laffitte, pour le centenaire de sa mort.

- 3 et 4 octobre 2003, Paris : co-organisateur avec Mathieu Marion d'une journée sur Louis Rougier, CAMS-EHESS.

- 21-23 juin 2002, Montréal : coordination d'un symposium : philosophie des sciences et histoire des sciences chez Auguste Comte pour le congrès HOPOS.

- 1-7 juillet 2001, à Cerisy : co-organisateur avec Annie Petit et Jean-François Braunstein d'un colloque international Auguste Comte aujourd'hui http://www.ccic-cerisy.asso.fr/comte01.html

- 17 novembre 2000 : co-organisateur avec Thierry Leterre, de Sciences Po, d'une journée d'études Où en est la politique positive ? (CAMS et Sciences po-CEVIPOF).

- 10-11 mars 2000 : co-organisateur avec Bernard Besnier des journées d'études Logique et Phénoménologie (Département de Philosophie de l'ENS de Fontenay et CAMS-CNRS).

- 26-27 novembre 1998 : organisateur du colloque international Auguste Comte et l'idée de science de l'homme, (Université de Paris IV et EHESS).

- 19 au 21 juin 1997: co-organisateur avec Jean-Pierre Desclés et Michel De Glas du colloque international Logiques et sciences humaines, (CAMS-Paris IV).

 

EXPERTISE

- Membre des comités de lecture des revues : Mathématiques et sciences humaines (Paris), Cahiers philosophiques (Paris), Empiria, Revista de la metodologia de las ciencias sociales (Madrid).

-Expertise : pour l'ANR, pour l'Unesco (mission d'une semaine, novembre 2006) et pour le CONACYT (Mexique).

- Secrétaire du comité scientifique de l'Association internationale Maison Auguste Comte.

 

QUELQUES DONNÉES BIOGRAPHIQUES

Né le 28 décembre 1944, à Paris 17e,

Marié, trois enfants (Sophie, Patrick et Rémy).

Licencié ès lettres (Université de Paris, 1963-65),

Diplôme d'études supérieures : La méthode dans La critique de l'économie politique de K. Marx (Université de Nanterre, sous la direction d'Henri Lefevbre, 1966),

Agrégé de philosophie (1967),

Ancien élève de L'ENS de Saint-Cloud (1963-1968),

Boursier de l'Office Allemand d'Echanges Universitaires (Munich, 1968-70).
Docteur de troisième cycle Chomsky et la critique des théories behavioristes du langage; janvier 1979, Université de Paris I; directeur de thèse, Monsieur le Professeur Jean-T. Desanti; jury : Jean-T. Desanti (président), Jacques Bouveresse et Oswald Ducrot.

Habilitation à diriger des recherches Recherches catégoriales, 30 juin 1997, Université de Paris IV; directeur de recherches, Monsieur le Professeur M. Boudot; jury : Claude Pariente (président), Maurice Boudot, Alain Boutot, Pascal Engel et Jean-Pierre Desclés.

En 1990, j'ai été nommé au CNRS et au Centre d'Analyse et de Mathématique Sociales (CAMS ; EHESS-CNRS). Depuis 2003, j'appartiens à l'Institut d'Histoire et de Philosophie des Sciences (IHPST ; CNRS-Paris1-ENS).
Auparavant, j'avais enseigné pendant près de vingt ans essentiellement la philosophie et essentiellement en lycée ; et cela en deux périodes :

- De 1970 à 1982, à l'étranger (Professeur de langue et de littérature françaises à l'Université Autonome de Saint-Domingue, 1970-72;Professeur de linguistique générale à l'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire, Mexico, (1972-74); Professeur de philosophie : au Lycée Franco-Mexicain (1973), au Lycée Franco-Libanais (1974), au Collège Marie de France à Montréal (1976-82).

- De 1982 à 1990, dans divers lycées de la région parisienne, en classe terminale et en classes préparatoires.